Europe

JIM : Grande-Bretagne : les Britanniques épuisés par un NHS défaillant

il y a 3 mois, par infosecusanté

JIM : Grande-Bretagne : les Britanniques épuisés par un NHS défaillant

Raphaël Lichten

03 Avril 2024

Paris, le mercredi 3 avril 2024 — Entre listes d’attente qui n’en finissent plus et impossibilité d’obtenir un rendez-vous médical, le NHS est au cœur des préoccupations. En témoigne une nouvelle étude qui montre que moins d’un quart des Britanniques interrogés se disent « satisfaits » de leur système de santé.

Les politiques d’austérité en cause

Plus de 75 ans après sa création, le NHS finit par montrer ses limites. L’institut British Social Attitudes, qui mesure chaque année le taux de satisfaction des Britanniques vis-à-vis de leur système national de santé, a révélé la semaine dernière que celui-ci était à son plus bas. Seuls 24 % des sondés se sont déclarés « satisfaits » par le NHS en 2023.

Cet état de forme semble moins être dû à l’âge du NHS qu’à la manière dont les politiques l’ont traité et géré. « Une décennie de financement réduit et de pénurie chronique de main-d’œuvre, suivie d’une pandémie mondiale, a laissé le NHS dans un état de crise continu », souligne ainsi le rapport de l’institut britannique.

La chute du niveau de satisfaction semble étroitement liée aux dernières décennies et au début des premières politiques d’austérité. En 2010, année qui a marqué l’arrivée des conservateurs au pouvoir partisans d’une politique budgétaire stricte, le taux de satisfaction était mesuré à 70 % et il n’a fait que chuter depuis.
« Le tableau est sombre, mais ces résultats ne sont pas surprenants après un an de grèves, de scandales et d’attente pour obtenir des soins », a ainsi déclaré Dan Wellings, chercheur au sein du think tank King’s Fund.

Un soutien continu pour le NHS

Malgré les crises, les Britanniques n’en démordent pas : le soutien au NHS reste bien présent auprès de la population. L’enquête confirme ainsi que la grande majorité des habitants soutiennent encore et toujours les principes fondateurs de leur système de santé, à savoir la gratuité (91 %), le financement par l’impôt (82 %) et l’accessibilité pour tous (82 %).

La moitié des répondants explique cependant que le gouvernement ne dépense pas assez d’argent pour soutenir le système… En clair, une bonne part d’entre eux ne veut pas que le système change, juste qu’il soit plus efficace et dispose de financements suffisants.
Surtout que l’absence de fonds pour faire fonctionner correctement le NHS n’est pas sans répercussion sur le quotidien des Britanniques, au contraire. Les temps d’attente pour obtenir un rendez-vous sont devenus tellement importants que le NHS a lui-même mis en place un système de waiting list, avec un guide et un site internet dédiés pour que les patients puissent suivre la situation de leur hôpital local.

Le NHS explique que ces listes d’attente, qui peuvent atteindre parfois plus de 60 semaines, sont en légère diminution en ce début d’année. Mais le chiffre reste tout de même hallucinant : 7,6 millions de patients sont en attente d’un rendez-vous médical !

La presse a d’ailleurs rapporté la triste histoire d’une fillette de 10 ans atteinte d’un syndrome de Rett, souffrant d’une scoliose avancée dont l’intervention a été reportée à sept reprises - dont quatre fois pour des problèmes respiratoires aggravés justement par le retard de prise en charge. Désormais, la fillette est considérée comme inopérable.
« Ils nous ont fait attendre si longtemps, et maintenant ils nous disent qu’il est trop tard », se lamente Jill Lockhart, la mère de la jeune patiente. « J’ai l’impression que les chances de survie de ma fille ont été sacrifiées ».