La santé au travail. Les accidents de travail et maladies professionnelles

France info : Santé mentale : 81% des étudiants de première année de médecine se déclarent plus stressés depuis la réforme de l’accès aux études de santé

il y a 2 mois, par infosecusanté

France info : Santé mentale : 81% des étudiants de première année de médecine se déclarent plus stressés depuis la réforme de l’accès aux études de santé

Dans une étude révélée en exclusivité par franceinfo, la Fage (fédération des associations générales étudiantes), dresse un "constat d’échec" de cette réforme datant de 2020.

Article rédigé par franceinfo Radio France

Publié le 29/04/2024

Après la réforme de l’accès aux études de santé de 2020, 81% des étudiants de première année de médecine interrogés se déclarent plus stressés depuis leur entrée en PASS (parcours accès santé spécifique) ou LAS (licence d’accès à la santé), selon une étude de la Fage, publiée lundi 29 avril et que franceinfo révèle en exclusivité. Les filières PASS et LAS sont venues remplacer la première année commune aux études de santé (Paces).

Cette réforme, qui instaure deux voies d’entrée aux études de médecine, avait pour "principaux objectifs l’amélioration de la réussite étudiante, la réduction des risques psychosociaux et la diversification des profils étudiants", mais la Fage dresse "un constat d’échec" de cette réforme.

Elle dénonce "la pression et le rythme" de ces formations qui "poussent des étudiants et étudiantes à envisager l’arrêt de leurs études". Ils sont 42% à "avoir envie d’arrêter en cours d’année", selon cette enquête. La Fage déplore par ailleurs "la sélection, la pression de ces années très denses et le manque d’accompagnement des étudiants". Ils sont 36% à se sentir "isolés", ce qui "crée des conditions délétères pour leur vécu et leur réussite académique", appuie cette enquête.

Une trop grande différence de niveaux
Dans l’esprit de la réforme, le passage par la LAS (licence d’accès) avait pour ambition de faciliter la poursuite des études aux candidats qui n’avaient pas pu accéder à la deuxième année de médecine, mais il y a une trop grande différence de niveaux entre les deux voies d’accès.

Ainsi, 43% des étudiants de deuxième année de santé appelée MMOKP (maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie, kinésithérapie) ressentent une différence de niveau entre les étudiants issus du PASS et ceux venant de la LAS. Cette "dernière comporte une minorité d’enseignements en santé en comparaison avec la voie PASS", fustige la Fage.

En conséquence, la Fédération des associations générales étudiantes réclame "une voie unique dans les études de santé composée d’une licence" avec une voie "comprenant tant des unités permettant une poursuite d’études" en deuxième année que des "unités d’enseignement" permettant aux étudiants de faire un choix différent. L’association demande à l’État de prendre "en considération la santé mentale des étudiants dans le prochain modèle de réforme", l’augmentation du "nombre de places" en deuxième année" et un meilleur accompagnement des étudiants.