Luttes et mobilisations

France Info : Colère des infirmiers libéraux : environ 80 véhicules bloquent la rocade de Rennes pour une opération escargot

il y a 3 mois, par infosecusanté

France Info : Colère des infirmiers libéraux : environ 80 véhicules bloquent la rocade de Rennes pour une opération escargot

Les infirmiers mobilisés réclament notamment la reconnaissance de la "pénibilité du métier" et la revalorisation du tarif de base des actes infirmiers.

Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Armorique Radio France

Publié le 19/03/2024

"Environ 80 véhicules" d’infirmiers libéraux "mènent une opération escargot sur la rocade extérieure" de Rennes mardi 19 mars, formant "un bouchon sur plusieurs kilomètres", indique Bison Futé. Les infirmiers libéraux sont appelés à manifester partout en France à l’appel du collectif des Infirmiers libéraux en colère, le Sniil et de Convergence Infirmière, respectivement deuxième et troisième syndicats de la profession. D’autres opérations escargot sont prévues à La Réunion et à Pau et des rassemblements doivent se tenir mardi dans une vingtaine de villes.

Les infirmiers mobilisés réclament entre autres la reconnaissance de la "pénibilité du métier", pour pouvoir partir en retraite à taux plein à 60 ou 62 ans et la revalorisation du tarif de base des actes infirmiers, qui stagne depuis 2009 malgré l’inflation. Depuis la fin janvier, le collectif des Infirmiers en colère et d’autres organisations d’infirmiers organisent des mobilisations sporadiques sur le territoire avec barrages filtrants et distributions de tracts. Une "grande manifestation nationale à Paris" est prévue le 4 avril, selon le collectif.

La FNI, premier syndicat d’infirmiers libéraux, ne participe pas à l’action de mardi mais demande l’ouverture de négociations tarifaires avec l’Assurance maladie. "Ce que nous faisons, c’est adresser un avertissement au gouvernement et attendre de voir s’il débouche sur des mesures concrètes. On attend une lettre de cadrage qui nous permettrait d’ouvrir des discussions avec l’Assurance maladie", a souligné lundi le président de la Fédération nationale des infirmiers libéraux, Daniel Guillerm, lors d’une conférence de presse. "La FNI se réserve évidemment le droit de rentrer dans le mouvement de manière plus dure et opérationnelle" si ses revendications ne sont pas entendues, a averti le président du syndicat majoritaire.